20 août - StPardoux-Soutiers - Chapelle Notre-Dame-des-neiges  Château-Bourdin - Concert 21h

Buvette et food-trucks sur place à partir de 19h

 

Pensez à vous munir de votre passe sanitaire

https://www.gouvernement.fr/pass-sanitaire-toutes-les-reponses-a-vos-questions

 

Le groupe :               Les Fils du facteur

Venus au monde il y a 7 ans avec une guitare et un accordéon dans les mains, Les Fils du Facteur ont arpenté autant de rues, de bars, et de fêtes que leur paternel avant de trouver l’adresse des scènes et du studio. Et si depuis leur poésie a traversé les rivières, les lacs et maintenant les océans, c’est qu’elle affirme, questionne et ironise avec empathie sur des thèmes universels. Éclectique et sincère, leur Chanson Française mais Suisse a su trouver son public jusqu’en France, en Belgique et au Canada.


Pass Sanitaire obligatoire

 

Suite aux dernières annonces gouvernementales, un pass sanitaire sera exigé pour assister au spectacle, pour les plus de 18 ans.

Les moins de 18 ans peuvent accéder librement, sans pass sanitaire.

 

PASS SANITAIRE =

◾️ un certificat de vaccination (schéma vaccinal complet)

◾️ ou un certificat de test RT-PCR ou antigénique négatif de moins de 72 heures,

◾️ ou un certificat de rétablissement (test RT-PCR ou antigénique positif de plus de 11 jours et moins de six mois)

Le Monument : Chapelle Notre-Dame-des-neiges

 

Le prieuré Notre-Dame des Neiges, de l'ordre de saint Benoît, fut fondé par Guillaume IV de Parthenay Larchevêque en 1170 de retour de pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle. Hugues Larchevêque et Guillaume V accordèrent des libéralités aux moines et aux habitants de Château Bourdin.
En 1693, un édit royal enleva à l'ordre de Saint-Lazare le prieuré de Château Bourdin dédié à Saint-Fiacre et qui dépendait depuis le XIIIe siècle de la Maison Dieu de Parthenay. L'aumônerie à laquelle on réunit celles de Chef Boutonne, d'Allonne et de Champdeniers fut érigée en hôpital en 1695.

La chapelle.
Il est possible que quatre édifices se soient succédés. Un premier édifice au XIIe siècle (vestiges visibles dans les bâtiments de la maison de retraite et sur le pignon du transept sud) a été agrandi à une époque indéterminée, peut-être au XVIIe siècle. Une pierre, placée sur la façade de la chapelle, gravée de l'inscription « ME PE LE GEAY PZ 1606 » attesterait de restaurations, apparemment financées par le seigneur de Grand-Ry. D'autres pierres également datées se retrouvent ailleurs dans les bâtiments de la maison de retraite témoignant de l'importance du chantier. En 1779-1780, Guillaume d'Aubaret fait rebâtir la chapelle et, à cette occasion, modifie le plan de l'édifice qui est alors réduit. Lors des restaurations de 1999, une peinture murale en trompe-l'oeil représentant une arcade a été découverte, sous les badigeons. D'après son emplacement, elle pourrait dater d'avant 1780. Située sur le mur intérieur du pignon du transept sud, elle a été en partie masquée par les maçonneries lors des aménagements de Guillaume d'Aubaret. Enfin, en 1867, l'édifice est reconstruit par l'entrepreneur ROSSARD.