30 Août - Champdeniers

Le Groupe : Azulenca

 

Le groupe AZULENCA est né à Auch dans le Gers en 2006. En son centre la chanteuse Sylvia Morales Peñas, auscitaine d’origine andalouse, à la voix puissante et sensible. Pascal Thibaut l’accompagne à la guitare depuis presque vingt ans (2000), sur scène, mais aussi dans des stages de danse flamenca, de chant.

Après plusieurs années passées en duo, le groupe a grandi et évolué en se dotant en 2011 d’un excellent percussionniste, Max Richard et partagé la scène pendant 5 années avec le bassiste et contrebassiste Nicolas Thevenin. Pour la tournée du nouvel album, AZULENCA se dote d'un nouveau musicien, le jeune et talentueux bassiste Florian Muller.

Ces passionnés de flamenco unissent sur scène leurs âmes, leurs énergies et leurs sensibilités dans un esprit de partage et d’authenticité. Toujours au service d’un répertoire dans lequel se mélangent tradition et modernité, reprises et compositions originales.



Le Monument : Les Anciennes Tanneries

Période : Moderne, XVIII

À l'est du bourg, au pied de la colline, se trouve un site archéologique, emplacement des anciennes tanneries de Champdeniers. Des fouilles ont été effectuées par la D.R.A.C., et des chantiers de jeunes, sous la responsabilité de Laurent PRYSMICKI, archéologue contractuel.

A l'heure actuelle, le site des anciennes tanneries, utilisé comme jardins ouvriers, laisse voir de petites parcelles délimitées par des murs de pierres sèches, et un système de canalisations à ciel ouvert, de dérivation du ruisseau de la Grande Fontaine pour l'alimentation en eau des tanneries. Les fouilles de 2002 ont mis au jour l'emplacement d'une tannerie familiale de 1742 composée de deux pièces couvertes d'un grenier pour le séchage des peaux. La pièce principale conserve un bassin quadrangulaire pour le rinçage, trois fosses circulaires maçonnées, enterrées pour le tannage et quatre cuves hors sol destinées possiblement à la teinture. 

Cette activité était très fortement représentée à Champdeniers. En effet, au début du XIXe siècle, huit tanneries sont mentionnées. Elles sont toutes disposées le long du ruisseau de la Grande Fontaine qui se jette dans l'Egray.